Shanthamani Muddiaiah - lauréat du programme cité internationale des arts – 2017

Voir la fiche France
Zone Géographique :
Europe continentale, Union européenne
Programme :
Cité internationale des Arts
Discipline / Section :
Arts visuels
Année :
2017

7 Avril 2017 - 4 Juillet 2017

Biographie

Shanthamani Muddiaiah est une artiste d’origine indienne qui pratique la sculpture et qui crée des installations.

Passionnée par le dessin, elle considère cette pratique comme une seconde nature qui rassemble un travail de l’esprit avec des émotions et un travail manuel et physique.

Née à Mysore en Inde, Shanthamani Muddiaiah vit et travaille aujourd’hui à Bangalore en Inde. L’artiste débute des études en peinture à l’Académie d’Arts visuels de Charmarajendra à Mysore. Elle poursuit son parcours universitaire dans la section peinture de la Faculté des Beaux Arts de l’Université de Baroda en Inde. Puis, grâce à la bourse d’étude Charles Wallace, elle suit des cours sur la fabrication de papier à Glasgow en Ecosse. Elle est suivie par de nombreux acteurs, elle reçoit notamment une bourse de recherche par le ministère de la Culture indienne, le soutien de la fondation Inlaks à travers leur bourse de soutien à l’émergence ainsi que l’aide financière de la fondation India-Sri Lanka pour un de ses projet artistique.

Son travail a été exposé à plusieurs reprises lors d’expositions individuelles et collectives, nationales et internationales. L’artiste a par ailleurs tenu des conférences sur l’art à de nombreuses occasions et son travail artistique est aujourd’hui intégré à plusieurs grandes collections publiques comme privées. 

Projet de résidence

Shanthamani Muddaiah souhaite réaliser, à l’occasion de sa résidence à la Cité internationale des arts, une installation à partir de charbon de bambou. Memoirs of landscape traitera du caractère évolutif du paysage.

Shanthamani explore les problèmes sociétaux, les liens entre l’Homme et la Nature et les déséquilibres économiques. Elle réalise pour ce faire des œuvres d’art à partir de matériaux naturels. Tous les éléments organiques semblent, selon elle, tout à la fois robustes, bruts et puissants mais restent aussi fragiles et éphémères. 

Le bambou représente pour Shanthamani Muddaiah un élément de la nature par lequel elle exprime sa créativité. Elle s’y intéresse car il dégage un faible impact environnemental et pourrait remplacer le charbon ou les matières fossiles.

Elle travaille aujourd’hui avec le bambou sous sa forme brulée, elle considère cette matière brûlée comme représentative d’une condition fragmentée, fragile, en équilibre instable. C’est ce qui lui permet de pointer les maux de la relation que l’homme entretient avec la nature ; de souligner le paradigme qu’il existe entre nature et culture.

 

Modifier
Mis à jour le 10 Avril 2017
Partager Retour
  • « Back Bone », 2014, Cement and Cinder, 1,50 m X 2 M x 1.4 m, each element of 23 element

  • « Fire Scripts-2 », 2015, wood and burnt wood, 180 x 112 x 49 cm

    Galerie Suzanne Tarasiève
  • « Flying landscape-1 », 2015, banboo with metal ropes, size 488 x1445 x 20 cm

    Galerie Suzanne Tarasiève
  • « Still life-3 », 2016, wood charcoal with cotton rag pulp, 33 x 100 x 30 cm

    Galerie Suzanne Tarasiève
  • « Upside down tree-4 », 2016, fiver glass, steel and resin, 172 x 150 x 147 cm

    Galerie Suzanne Tarasiève