Pierre Yves Clouin - Lauréat du programme Hors les Murs - 2010

Voir la fiche CANADA
Zone Géographique :
Amériques et Caraïbes
Programme :
Hors les Murs
Discipline / Section :
Film, vidéo / Cinéma
Année :
2010

Biographie

Pierre Yves Clouin est artiste vidéaste et réalisateur.

Il vit et travaille à Paris. Depuis 1995 il a produit plus de 25 vidéos.

En 2010, Pierre Yves Clouin effectue une résidence, du 13 mai au 4 août, dans le cadre du programme Hors les Murs.

 

Projet de la Résidence Hors les Murs

Réalisation du film "Je suis un indien Pontiac" tourné en vidéo.

Montréal : 4 mois, mai juin juillet août

Jʼai pris lʼhabitude de filmer ainsi: le cadre et le temps passé en mes plans séquences suffisent à y créer lʻillusion dʼune fiction sous-jacente.

Jʼai constaté que mes plans ne duraient en moyenne pas plus de 2ʼ30”, le temps de la chanson sous le casque certes, mais aussi le temps que jʼévalue dʼun des limbes de mes rêves ou encore des morceaux des Noces de Figaro.

Au visionnage lʼambiguïté dʼune possible mise en scène préalable de lʼévénement filmé et pourtant fortuit, subsiste: cʼest que ces séquences font parties dʼun tout en devenir encore indéfini.

Lʼattention à certains événements plutôt quʼà dʼautres semblant être produit par lʼenregistrement des précédents.

Le film est donc sans scénario mais avec le parti pris que ses séquences se succèderont comme il est advenu dans la réalité, soit dans lʼordre chronologique en suivant le principe que le fait de filmer un événement sous un certain angle peut engendrer et produire lʼenregistrement du suivant.

La similitude de la vidéo avec la peinture et la musique est dans ce rapport au cadre et à lʼimmediateté qui fait quʼelles peuvent y être également tout de suite travaillées en toute circonstance.

On peut voir chaque plan comme un coup de pinceau.

Lʼensemble du tableau nʼest envisageable et ne se construit quʼau fur et à mesure et en fonction des précédents coups.

A lʼinstinct, le filmage de la séquence se fait en fonction de la séquence précédente comme la main balance le coup de pinceau suivant, bien habité du coup précédent.

Lʼindien est au plus près de la nature de son sujet, il piste lʼindice du futur film, il en traque le plan.

Il est obnubilé parce quʼil doit chercher chaque plan comme empreinte dʼune fiction.

Le choix de Montréal: être habité est un mot de magicien, on fait appel à des forces irrationnelles, inquantifiables et qui échappent à la norme.

Il y a du chamanisme là dedans, là dessous et au dessus.

La dernière fois que je suis allé au Canada , on mʼa proposé dʼassister à une chaude cérémonie indienne avec calumet sous tipi. Jʼai hésité mais comme jʻétais là pour un festival, jʼai dû aller à la remise des prix à la place. Pourtant jʼai bien senti chez le Mic Mac une certaine insistance - genre: ça cʼest pour toi. Montréal, comme toute chute, fait fonction de point de départ à lʼarrivée.

“Je suis un indien” est le récit détaillé par lʼimage à venir de lʼexpérience de lʼindien chez moi.

Projet réalisé

VOIR  "Je suis un indien Pontiac"  (00:38:47) laissez un laps de temps d’une minute que QuickTime se charge (video de 39 min).

C’est un enregistrement chronologique, chaque scène ayant engendré la suivante. Sans avoir de note sur ce que j’avais filmé, j’ai tourné une dizaine d’heures avec à l’esprit l’idée que l’ordre dans lequel tout était filmé provoquait ce que j’étais en train de filmer. Au montage en rentrant à Paris, j’ai fait un tri par passages successifs. Il a fallu retrouver une atmosphère, un rythme ou un flux qui semble s’imposer de lui même entre les images, flux qui était sous tendu au tournage. Ce liant, c’est comme une courbe qui s’est construite au fur et à mesure. Cette courbe fait que deux images qui n’ont strictement rien à voir — d’abord un groupe d’hommes qui observe du coin de l’oeil une voiture de police qui passe sur un pont la nuit et puis un pied qui semble sortir d’un tronc d’arbre et qui bat en rythme, le jour — que ces deux images donc se succèdent évidemment. J’ai gardé à chaque visionnement les images au plus près de la courbe et éliminé tout ce qui lui était étranger, mais en conservant l’exacte chronologie du filmage : Il reste 39 minutes en 73 plans.

1- Au passage du camion, il neige. 

2 - Ce tapis de métro est difficile à parcourir. “Je suis un indien Pontiac” 

Je ne suis pas un indien mais si j’en suis un, c’est un Pontiac, parce que ça n’a pas plus de sens que le nom d’une voiture. 

3 - Un verre d’eau de la bouteille restée au congel : il y a encore trois semaines, il gelait. 

4 - Boulevard René Levesque 

Le poteau au centre du plan (dont le bâtiment juste à sa gauche semble porter l’ombre) attend, depuis le début, cet homme qui va s’y épauler. 

5 - Un groupe agite les jambes avant de s’éloigner en laissant un retardataire. 

6 - Rue Sainte Catherine Ouest, J’ai failli me payer une portière

7 à 10 première visite au 5455 Gaspé

11- Un homme dans un parc près du Mont Royal remonte la jambe et enlace le gros poteau. 

12 - Une impasse dans une pente. 

13 - Un nuage passe devant le soleil vers 17h. 

14 - RDC du Belgo, le couloir qui donne accès aux ascenseurs qui conduisent aux étages où se situent les galeries: une femme amenne un chariot suivi d’une autre, alors qu’un homme au téléphone sort de l’ascenseur, puis de l’immeuble. On entend les bruits de vaisselle du café. 

15 - Un rideau noir sert de paravent à une installation à la Cinémathèque

16 - Un homme, une boule à la main, traverse la rue sous la pluie. 

17 - Interview nuovo mundo. 

18 - Plafond d’une toilette publique. 

19 - Entraînement : à droite d’un tas de terre noire, un homme bat l’air avec 2 bâtons, parc Lafontaine, un homme passe avec une roulette emplie de tasseaux de bois. 

20, 21 - Un cycliste passe deux fois derrière une butte et disparaît. 

22 à 25 - Ils attendent le feu d’artifice sur le pont Jacques Cartier

Tous les samedis soir se déroule le concours international de feux d’artifice près du pont. Cet événement seul va ponctuer mon tournage. La police veille. 

26 - Un pied derrière un arbre. 

27 - Des piétons pendant un festival de musique. 

28 - Un autofocus qui respecte l’anonymat. 

29 - Une juive orthodoxe traverse la rue. 

30 - Un autre samedi : un autre feu d’artifice 

31, 32 - Ciel rue Molson 

33 - Un pneu, un arbre et un groupe de rock qui répète au loin. 

34 - Un espace vide sur rue Sainte Catherine Ouest. 

35 à 37 - “Moi, je ne suis pas la fille dans la vitrine”. 

38 - Une asiatique, à gauche, marche exactement en rythme. 

39 - Deux mélomanes, un écureuil et une nonne. 

40 - Le joueur de hockey n°8 recule puis revient sur ses pas, la main dans la poche fesse droite. 

41 - Une expo de photos à la Fonderie Darling, les stores créent, sous un souffle, des traces de lumière au sol. 

42 - Un avion gris. 

43 - Ciel, focus sur les lignes électriques. 

44 à 46 - Vues du 15eme étage, des bureaux du Conseil des arts et des lettres du Québec, 

47, 48 - P comme parking, Pontiac ou prostitué. 

49 - Station de métro “Place des arts” durant le festival de jazz. 

50 - “Bell”, ma caméra qui manque de carburant, se fait un cinema expérimental qui rythme la bataille avec la porte du conteneur de collecte de vêtements. 

51 - En suivant les bières on tombe sur ces visages d’hommes éclairés. 

52 - La baignoire. 

53 à 56 - L’atelier de Nelson Henricks. 

57 - Un couple s’éloigne. 

58 - Une messe. 

59 - Un écriteau la nuit. 

60 - Je déplace doucement la caméra sous l’arbre. 

61, 62 - Des jeunes gens se relaient pour acheter de l’alcool au dépanneur. 

63 - Ciel, l’ombre gagne. 

64 - Les gens vont vers le Saint Laurent

65 - Feux sous la pluie. 

66 - Un homme de dos consulte son portable. 

67 - Un camion passe, un pont apparaît 

68 - Barbe-à-papa. 

69 - Un spectateur se passe la main sur la nuque. 

70 - Feux, Barbes-à-papa téléphone 

71 - Après le dernier tir, deux jeunes femmes essaient d’allumer leurs cigarettes. 

72 - Sur le pont Jacques Cartier, c’est la grande migration. 

73 - La voiture tuyau ramasse les déchets. 

Fin

Modifier
Mis à jour le 15 Septembre 2014
Partager Retour
  • Je suis un indien Pontiac (photo)

    PY.Clouin 2010
  • Je suis un indien Pontiac (photo 2)

    PY.Clouin 2010
  • Je suis un indien Pontiac (photo 3)

    PY.Clouin 2010
  • Je suis un indien Pontiac (photo 4)

    PY.Clouin 2010