François Chastanet - Lauréat du programme Hors les Murs - 2011

Voir la fiche CHINE
Zone Géographique :
Asie et Océanie
Programme :
Hors les Murs
Discipline / Section :
Design / Graphisme, Film, vidéo / Cinéma
Année :
2011

Biographie

François Chastanet est architecte et designer graphique

Il est né en 1975 à Bordeaux. Diplômé de l’École d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, il poursuit ses recherches en 2000 à l’Atelier National de Recherche Typographique à Nancy sur la signalétique, puis dans le cadre du DEA «Projet architectural et urbain: théories et dispositifs» à l’École d’Architecture de Paris-Belleville en 2001.

Il travaille dans la conception graphique, le dessin de caractères et l’architecture, écrit sur l’épigraphie contemporaine avec un intérêt particulier pour la communication visuelle des cultures urbaines. Il enseigne depuis 2002 le design graphique et la typographie au sein de l’option Communication de l’École des Beaux-Arts de Toulouse / ISDAT et conjointement de 2010 à 2012 dans le département Design de l’École Supérieure d’Art et de Design de Saint Étienne / ESADSE.

Auteur en 2007 d’un ouvrage de référence intitulé «Pixação: São Paulo Signature», une recherche photographique à São Paulo, Brésil, documentant la relation entre la signature urbaine, le corps et l’architecture, il publie en 2009 un second ouvrage intitulé «Cholo Writing in Los Angeles» aux éditions Dokument Press sur les graffiti des gangs latinos.

En 2011, François Chastanet effectue une résidence, du 27 juillet au 28 septembre, dans le cadre du programme Hors les Murs.

 

Projet de la Résidence Hors les Murs

Réalisation d’un projet documentaire étude sur les pratiques calligraphiques contemporaines en Chine.

«Dishu» est une étude sur les pratiques calligraphiques contemporaines dans l’espace public chinois, un documentaire photographique et vidéo développé d’août à septembre 2011 en Chine.

Différentes séries photographiques montrent de longs ou courts textes éphèmères composés de kanjis simplement tracés avec de l’eau sur le sol dans plusieurs villes chinoises (Pékin, Xi’an, Shanghai, Shenyang). Dans la cosmologie chinoise «di», le carré, représente la terre, par extension le sol (le cercle représentant le ciel, le sacré) et «shu» signifie livre donc par association écriture. L’expression «dishu» signifie donc litéralement écriture carrée, une traduction occidentale possible serait calligraphie au sol.

Aujourd’hui très populaire, ce phénomène relativement récent apparait au début des années 1990 dans un parc du nord de Pékin avant de se développer dans l’ensemble de la Chine. Des milliers de calligraphes anonymes opèrent quotidiennement dans les parcs et les rues utilisant les différents sols pavés comme une immense feuille de papier.

Littérature, poésie ou aphorismes, ces écritures monumentales, de la régulière à la cursive folle, convoquent l’ensemble du corps, danse spontanée et renouvellements formels infinis. Cette pratique calligraphique correspond à une recherche d’accomplissement ou de perfectionnement de soi, action provoquant une modification progressive de notre perception du monde.

Adresse :

Résidence en Chine

Modifier
Mis à jour le 15 Septembre 2014
Partager Retour
  • Dishu

    François Chastanet